La Cité du Corps Humain de Montpellier, fusion entre ville et parc.


BIG_CCH 1

Le projet lauréat conçu au sein du cabinet d’architecture BIG a été désigné parmi les cinq esquisses proposées pour la Cité du Corps Humain de Montpellier (BIG architects, Steven Holl, Kengo Kuma, Manuelle Gautrand et Emmanuel Nebout). Un ambitieux projet scénographique issu d’une conception spatiale simple et claire. L’alliance de ses qualités architecturales, environnementales et fonctionnelles, à la foi qu’innovantes, le fait digne d’accueillir les futurs évènements culturels du Corps Humain.

Une façade onduleuse enveloppe l’espace du musée, façonnant quatre amples salles alvéolaires d’exposition à chaque côté d’un axe de circulation central.

Les 7.800 m2 du musée se déroulent en plain-pied, ce qui permet le dialogue direct entre l’intérieur et l’extérieur. D’un côté le parc Georges Charpak et de l’autre la ville de Montpelier, en vis-à-vis de l’Hôtel de Ville, ce bâtiment fait preuve d’une extraordinaire qualité environnementale reliant ces deux pôles urbain au travers d’une toiture piétonne. Comme une pièce centrale d’un puzzle, les douces pentes de ses toits se transforment en paysage entrelaçant des terrasses végétales et minérales qui offrent un accès direct aux piétons du trottoir urbain et du parc.  

La sinueuse ligne de toiture de chacune des salles d’exposition maximise une interaction visuelle de 180º sur le parc. L’illumination naturelle est garantie mais à la fois filtrée au travers des lamelles qui parcourent la façade. La texture obtenue est intéressante, car le doux balancement de ces brise-soleils, de leur verticale à l’horizontale,  offre une façade striée qui simule une empreinte digitale humaine. 

Une série de pavillons d’apparence singulière s’entrelacent pour former une institution unifiée à l’image des doigts individuels de mains qui se réunissent dans une même poignée puissante….Sur la façade sinueuse de la Cité du Corps Humain qui oscille entre Nord et Sud, Est et Ouest, l’orientation optimum de la trame varie constamment….  Telles un ornement fonctionnel adapté à leur climat natal, les façades de la Cité du Corps Humain ressemblent aux striures d’une empreinte digitale humaine: à la fois unique et universelle dans la Nature.

Bjarke Ingels, associé en charge de BIG architectes.

Au-delà de ses formes plastiques et de l’allusion au corps humain de sa façade, arguments qui personnellement ne me paressent pas suffisants pour qualifier un bâtiment d’organique; ce projet fusionne en tout cas plusieurs qualités architecturales au plus grand style de Wright, tel comme sa conception unitaire et d’intégration dans l’environnement, son adaptation aux conditions climatiques, son principe fluide d’organisation intérieur, sans oublié la curieuse similitude de l’allusion aux doigts entrelacés que Wright utilisait pour décrire son architecture.

BIG_CCH m2

BIG_CCH 7

BIG_CCH 9

BIG_CCH 8

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s